Garde d'enfants

Maisons d'assistantes maternelles : kesako ?

A la croisée des chemins entre l'accueil individuel et l'accueil collectif, les maisons d'assistantes maternelles permettent à plusieurs assistantes maternelles d'exercer leur métier dans un local commun hors de leur domicile. Ce dispositif innovant a vu le jour en 2009 et permet de compléter l'offre d'accueil existante et de répondre à la diversité de la demande. Comment fonctionne ce mode de garde ? Quelles sont les démarches à effectuer pour se lancer dans la création d'une MAM ? Tour d'horizon.

Maisons d'assistantes maternelles : kesako ?

Naissance d’un concept original et cadre juridique
Nées de regroupements d’assistantes maternelles qui souhaitaient travailler ensemble, les maisons d’assistantes maternelles expérimentées avec succès en Mayenne (53) apparaissent petit à petit dans les départements français.
On compte aujourd’hui  environ 350 MAM ouvertes, majoritairement installées dans l’Ouest Le dispositif est particulièrement adapté en milieu rural où les communes peinent à financer une offre de garde traditionnelle.

En mai 2010, le parlement donne un cadre juridique aux maisons d’assistantes maternelles. Le texte permet le regroupement de quatre assistantes maternelles au maximum. Chacune peut prendre en charge quatre enfants  et reste sous le contrôle du service de la PMI (protection maternelle infantile).


Leurs employeurs restent les parents des enfants confiés. Ils peuvent autoriser leur assistante maternelle à déléguer temporairement la garde de leurs enfants à leurs collègues travaillant dans la même maison (sous réserve d’un accord écrit de l’assistante maternelle délégataire).


La création d’une MAM : être tenace !
Ouvrir une maison d’assistantes maternelles demande un certain temps, du courage et pas mal d’énergie pour franchir toutes les étapes nécessaires. « Il faut s’armer de patience et ne rien lâcher » nous confie Véronique, assistante maternelle qui vient d’ouvrir une MAM « Le repère des Pitchouns » à Haubourdin (59).

Il lui a fallu deux ans pour qu’elle monte ce projet avec trois autres assistantes maternelles rencontrées au RAM et à l’association « ABC nounous ». « Nous avons fait ce projet pour faire évoluer le métier d'assistante maternelle et sortir de l’isolement »
 

Une fois trouvées les bonnes partenaires avec qui partager et construire ce projet, il est important de se poser les bonnes questions car accueillir des enfants dans une maison d’assistantes maternelles n’est pas la même chose que d’exercer ce métier à son domicile. « Nous avons écrit un projet pédagogique, dans lequel nous précisons en particulier le concept, les objectifs et les règles de fonctionnement entre les assistantes maternelles mais aussi avec les parents ». 

 

La recherche d’un local s’avère souvent une étape difficile car il doit respecter les normes garantissant la santé, la sécurité et l’épanouissement des enfants.

 

Une demande d’agrément spécifique est également nécessaire pour pouvoir exercer la profession d’assistante maternelle dans une MAM.  « Nous  avons eu la visite de trois puéricultrices pour que notre demande soit validée ainsi que l’acceptation du médecin de la PMI ».

Nous avons en moyenne 300 euros à débourser par mois.

 

Dernière chose, il faut penser aux statuts en créant une association de loi 1901 et aux assurances pour le local et la délégation d’accueil.

 

Créer une MAM exige donc de la motivation, beaucoup d’investissement personnel mais aussi financier. loyer de la maison, les charges et la mise en place de la MAM pour un revenu mensuel par assistante équivalent au smic»
Mais après l’effort le réconfort !


Les avantages de travailler dans une MAM
 « Elles permettent de travailler en équipe, de mettre en commun nos compétences, de mieux répartir et diversifier les activités en fonction de nos aptitudes et préférences et de l’âge des enfants » met en avant Véronique.
Les MAM ouvrent également la profession à des personnes qui en raison de l’exiguité de leur logement n’offrent pas les garanties d’accueil suffisantes pour réaliser leur projet.
« C’est pour nous aussi le moyen de sortir de notre isolement et d’échanger chaque jour entre nous ».

Avantage aussi du côté des parents. Les MAM offre une souplesse d’horaires qu’aucun n’autre mode de garde traditionnel ne peut assurer. « La Mam est ouverte de 6h30 à 18h30 ».  Par ailleurs c’est un dispositif qui favorise la socialisation des enfants. « Les parents nous ont beaucoup encouragé, car c’est un bon palier avant l’entrée en maternelle ».
Mais les MAM ne sont pas encore totalement bien acceptées et soutenues. « Nous ne sommes pas diplômées comme les personnes qui travaillent en crèche et donc moins bien considérées». Des doutes persistent donc.


Les questions que soulève ce dispositif
Les craintes les plus fortes portent sur la qualité de l’accueil des jeunes enfants. Au vue de certaines expériences, il semble qu’accueillir seize enfants est très lourd. C’est pourquoi certains départements pensent à limiter l’accueil à 12. En effet, les horaires sont parfois très larges pouvant aller de 7 heures à 20 heures, ce qui représente une forte charge de travail.
On peut également être réservé(e) sur la formation des assistantes maternelles qui pour l’heure n’intègre pas encore un volet sur les compétences d’animation d’un groupe d’enfants et n’appréhende pas les questions de gestion (repas, ménage, comptabilité).
Un dispositif sans doute encore à améliorer mais qui néanmoins a déjà fait ses preuves et apporte une réelle solution dans l’accueil des plus petits.

 

Emmanuelle Bayle

 

Sur le même sujet :

Si vous souhaitez garder des enfants, proposez dès maintenant vos services sur Cnikel

 

Publié le 21/05/2012
Commentaires (3) | Votes (252)
Réagir

Votre e-mail ne sera pas publié.

captcha
Saisissez le texte ci-dessus :
Publier
3 commentaires
1

A notre tour !!!! Félicitations a vous pour ce super projet qui nous tiens vraiment a coeur ... C'est parti, on relève ses manches et on garde confiance en nous !!! vive les MAM !!!

Signaler un abus Répondre

2

bel article ! merci !

Signaler un abus Répondre

3

super article

Signaler un abus Répondre

  • belle initiative

    Signaler un abus